Afin de mieux vous servir et d’améliorer l’expérience utilisateur sur notre site, nous mesurons son audience grâce à une solution utilisant la technologie des cookies. Les données collectées permettent de fournir uniquement des données statistiques anonymes de fréquentation (le nombre de pages vues, le nombre de visites, leur fréquence de retour, ...). En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies de mesure d’audience. Si vous souhaitez refuser les cookies et les paramétrer, cliquer sur « En savoir plus »

Fermer
Natixis

FAQ

Trouvez les réponses à vos questions

Qui peut bénéficier des Chèque de Table® ?

L’employeur ne peut attribuer des Chèque de Table® qu’à son personnel, soit l’ensemble des salariés liés à l’entreprise par un contrat de travail (Décret n°67-1165, art.3).

  • Les salariés à contrat à durée déterminée ou indéterminée.
  • Les salariés à temps partiel si la pause déjeuner est incluse dans leur temps de travail.
  • Les salariés intérimaires en mission dans une entreprise dans laquelle un système de titres-restaurant est mis en place.
  • Pour les jours passés dans l’entreprise, les titulaires d’un contrat d’apprentissage ou d’un contrat de qualification en alternance, peuvent prétendre aux Cheque de Table® à raison d’un titre par jour de travail effectué.
  • Les salariés du BTP peuvent sous certaines conditions cumuler les titres restaurant et les indemnités repas.
Qui peut bénéficier des Chèque de Table® dans une Collectivité ?

L’employeur ne peut attribuer des Chèque de Table® qu’à son personnel, soit l’ensemble des agents liés à la collectivité par un contrat de travail (Décret n°67-1165, art.3).

  • Les agents à contrat à durée déterminée ou indéterminée.
  • Les agents à temps partiel si la pause déjeuner est incluse dans leur temps de travail.
  • Les agents intérimaires en mission dans une entreprise dans laquelle un système de titres-restaurant est mis en place.
  • Pour les jours passés dans l’entreprise, les titulaires d’un contrat d’apprentissage ou d’un contrat de qualification en alternance, peuvent prétendre aux chèques déjeuner à raison d’un titre par jour de travail effectué.
Le titre-restaurant constitue-t-il un droit « acquis » ? Peut-il être supprimé unilatéralement par l’employeur après avoir été instauré ?

Le titre-restaurant ne constitue pas « un droit acquis » dans la mesure où il est mis en place à l’initiative et sous la responsabilité du seul employeur. En conséquence, il peut être supprimé sans que le bénéficiaire puisse faire valoir un droit acquis.

Un gérant salarié, actionnaire minoritaire ou égalitaire, peut-il prétendre aux titres-restaurant ?

Le titre-restaurant ne peut être attribué par l’employeur qu’à son personnel, c’est-à-dire à l’ensemble des salariés liés à l’entreprise par un contrat de travail. Le lien de salariat est déterminé par un lien de subordination juridique du titulaire du contrat vis-à-vis de l’entreprise qui l’emploie et le rémunère. Un gérant minoritaire de même qu’un gérant égalitaire peut bénéficier de titres-restaurant dès lors qu’il dispose d’un contrat de travail, traduisant l’existence d’un véritable lien de subordination juridique du titulaire du contrat vis-à-vis de l’entreprise qui l’emploie et le rémunère. Un gérant majoritaire, quant à lui, ne peut prétendre aux titres-restaurant, dans la mesure où, par définition, il ne se trouve pas dans un état de subordination.

Peut-on n’octroyer des titres qu’à certains salariés d’une même entreprise et non aux autres ? Sur quels critères ?

L’employeur peut octroyer des titres qu’à certains salariés et mettre en place des critères d’attribution à condition que ces critères soient objectifs et ne conduisent pas à discriminer des collaborateurs.

Peut-on n'octroyer des titres qu'à certains agent d'une même collectivité et non aux autres ? Sur quels critères ?

L’employeur peut octroyer des titres qu’à certains agents et mettre en place des critères d’attribution à condition que ces critères soient objectifs et ne conduisent pas à discriminer des collaborateurs.

Qui finance les titres-restaurant ?

Les titres-restaurant sont financés conjointement par l’employeur qui décide de mettre en place dans son entreprise ce dispositif et qui prend à sa charge une partie de la valeur libératoire des titres qu’il accorde à son personnel, et les salariés de l’entreprise auxquels ces titres sont "vendus" contre paiement d’une somme inférieure à leur valeur nominale.

Vous êtes une collectivité, et vous souhaitez savoir qui finance les titres-restaurant ?

Les titres-restaurant sont financés conjointement par l’employeur qui décide de mettre en place dans la collectivité ce dispositif et qui prend à sa charge une partie de la valeur libératoire des titres qu’il accorde à son personnel, et les agent de la collectivité auxquels ces titres sont "vendus" contre paiement d’une somme inférieure à leur valeur nominale.

Y a-t-il une obligation pour un employeur d’accorder des titres-restaurant à son personnel ?

Non. La décision d’octroyer ou non des titres-restaurant relève de la seule responsabilité de l’employeur, aucune disposition de la législation n’imposant une obligation en ce domaine. L’employeur peut opter pour d’autres modalités de prise en charge de la restauration de son personnel (mise à disposition d’un restaurant d’entreprise, octroi d’une prime de déjeuner, d’une prime de panier …).

L’employeur peut-il déterminer librement la valeur des titres-restaurant accordés à son personnel ?

L’employeur détermine librement le montant de la valeur libératoire des titres-restaurant qu’il octroie à son personnel : aucune disposition de la réglementation en vigueur n’impose de valeur minimale ou maximale des titres. Toutefois, la valeur des titres-restaurant doit tenir compte des limites légales imposées à la contribution financière des employeurs (comprise entre 50% et 60% de la valeur du titre et ne pas excéder 5,38 € depuis le 1er janvier 2017 (articles 25 et 26 de l’Ordonnance n° 67.830 du 27/09/1967 ; article 1er de l’arrêté du 22 /12/1967).

Un employeur peut-il accorder des titres-restaurant à son personnel s’il dispose d’un restaurant d’entreprise ou inter-entreprise ?

Non. Les titres-restaurant ont été institués pour permettre de pallier à l’absence de restauration d’entreprise sur le lieu de travail du salarié.

Un employeur peut-il accorder des titres-restaurant à son personnel s’il dispose d’un restaurant pour les agents de la collectivité ?

Non. Les titres-restaurant ont été institués pour permettre de pallier à l’absence de point de restauration sur le lieu de travail de l’agent.

Que peut-on régler au moyen d’un Chèque de Table® ?

La législation en vigueur permet d’utiliser le titre-restaurant pour acquitter le prix d’un repas ou l’achat de préparations alimentaires immédiatement consommables dans l’un des 180 000 points de vente communs à tous les émetteurs.

Peut-on rendre la monnaie sur la valeur d’un titre-restaurant ?

Le rendu de monnaie est interdit sur les Titres restaurants.

Peut-on utiliser plusieurs Chèque de Table® pour régler un repas ou un achat de préparations alimentaires destinées à remplacer le repas ?

Conformément à la réglementation applicable, un seul titre-restaurant est admis pour le règlement d'un repas consommé ou l’achat de préparations alimentaires. Cependant, l’utilisation de deux titres-restaurant maximum est tolérée.

Quelle est la durée de validité des Chèque de Table® ?

Les Chèque de Table® sont valables toute la durée de l’année civile. Le nouveau millésime est mis en circulation à partir du 1er décembre. Il est valable jusqu’au 31 décembre de l’année suivante. Une tolérance permet de prolonger leur période d’utilisation jusqu’au 31 janvier de l’année suivant leur millésime d’émission.

Comment peut-on accéder à la liste des restaurants affiliés dans un département ?

La liste des restaurateurs affiliés est disponible dans la rubrique "Où déjeuner" du site www.chequedetable.com.

Un commerçant peut-il refuser telle marque de titre-restaurant ou bien est-il tenu quand il accepte les titres d’un émetteur d’accepter aussi ceux des autres émetteurs ?

Le commerçant qui accepte les titres-restaurant de tel émetteur a l’obligation d’accepter les titres-restaurant des autres émetteurs. L’agrément délivré par le Ministère de l’Economie et des Finances après avis de la Commission des titres-restaurant permet aux commerçants d’accepter tous les titres-restaurant en circulation légale et exclut toute discrimination dans l’usage des titres-restaurant en fonction de la marque commerciale de ces derniers.

Je possède des Chèque de Table® abîmés (passage à la machine à laver, par exemple), que dois-je faire ?

Il vous suffit de les remettre à la personne qui gère les titres restaurant dans votre entreprise afin qu’elle les retourne à Natixis Intertitres.

Un de mes salariés possède des Chèque de Table® abîmés (passage à la machine à laver, par exemple), que dois-je faire ?

Si ces titres ne sont pas périmés, il suffit de les retourner à notre service sécurité (Natixis Intertitres – Service sécurité – Héliopôle – Bât D - 33/43 avenue Georges Pompidou – 31130 BALMA). Nous vous retournerons alors un chèque bancaire de remboursement du montant de la valeur faciale des titres.

Un de mes agents possède des Chèque de Table® abîmés (passage à la machine à laver, par exemple), que dois-je faire ?

Si ces titres ne sont pas périmés, il suffit de les retourner à notre service sécurité (Natixis Intertitres – Service sécurité – Héliopôle – Bât D - 33/43 avenue Georges Pompidou – 31130 BALMA). Nous vous retournerons alors un chèque bancaire de remboursement du montant de la valeur faciale des titres.

Je me suis fait voler ou j’ai perdu des Chèque de Table®, que dois-je faire ?

Il faut que vous preniez contact avec votre employeur.

Un de mes salariés s’est fait voler ou a perdu ses Chèque de Table®, que dois-je faire ?

Il faut que vous preniez contact avec notre service sécurité. Natixis Intertitres – Service sécurité – Héliopôle – Bât D - 33/43 avenue Georges Pompidou – 31130 BALMA – 0820.20.20.01 (0.09€ ttc/min).

Un de mes agents s’est fait voler ou a perdu ses Chèque de Table®, que dois-je faire ?

Il faut que vous preniez contact avec notre service sécurité. Natixis Intertitres – Service sécurité – Héliopôle – Bât D - 33/43 avenue Georges Pompidou – 31130 BALMA – 0820.20.20.01 (0.09€ ttc/min).

Un émetteur est-il tenu d'effectuer des recherches sur les dates et lieu de consommation de titres disparus ou volés ? Si oui, durant quelle période ces recherches doivent-elles s'exercer (3 mois, davantage) ?

L'Ordonnance reste muette sur l'obligation ou non de l'émetteur d'effectuer des recherches, ainsi que sur la durée de ces recherches. L'émetteur n'a pas d'obligations de surveillance particulières. Il n'est pas auxiliaire de police ou de justice.

Je possède des Chèque de Table® de l'année N-1 : puis-je me les faire rembourser ou bien sont-ils périmés ?

Les titres sont valables jusqu’au 31 janvier N+1 et remboursables jusqu’au 28 février N+1 – L’employeur doit les renvoyer par Lettre recommandée avec accusé de réception avant le 28 février N+1 pour obtenir le remboursement.

Un de mes salariés possède des Chèque de Table® de l'année N-1 : puis-je me les faire rembourser ou bien sont-ils périmés ?

Les titres sont valables jusqu’au 31 janvier N+1 et remboursables jusqu’au 28 février N+1 – Vous devez les renvoyer par Lettre recommandée avec accusé de réception avant le 28 février N+1 pour obtenir le remboursement.

Un de mes agents possède des Chèque de Table® de l'année N-1 : puis-je me les faire rembourser ou bien sont-ils périmés ?

Les titres sont valables jusqu’au 31 janvier N+1 et remboursables jusqu’au 28 février N+1 – Vous devez les renvoyer par Lettre recommandée avec accusé de réception avant le 28 février N+1 pour obtenir le remboursement.

Dans quel cas puis-je me faire " rembourser" des Chèque de Table® non utilisés ?

La législation en vigueur ne prévoit le remboursement des titres-restaurant non utilisés par le salarié que dans l’unique cas où le salarié vient à quitter son entreprise : vous pouvez demander ainsi à votre employeur le remboursement de votre participation à l’achat des titres que vous n’aurez pas utilisés à la date de votre départ. (Article 3 décret n°67.1165 du 22/12/1967).

Dans quel cas un salarié peut-il se faire "rembourser" des Chèque de Table® non utilisés ?

La législation en vigueur ne prévoit le remboursement des titres-restaurant non utilisés par le salarié que dans l’unique cas où le salarié vient à quitter son entreprise : il peut demander ainsi à son employeur le remboursement de sa participation à l’achat des titres qu’il n’aurait pas utilisés à la date de son départ. (Article 3 décret n°67.1165 du 22/12/1967).

Les jours d’absence de l’agent ouvrent-ils droit à l’attribution de titres-restaurant ?

Un même agent ne peut recevoir qu’un titre-restaurant par jour de travail effectué (article 3 décret n°67.1165 du 22/12/1967 ). Seuls les jours de présence effective de l’agent à son poste de travail ouvrent droit, en conséquence, à attribution d’un nombre correspondant de tires-restaurant. L’employeur ne peut donc attribuer des titres-restaurant à ses agents pour les jours d’absence de ces derniers, quel que soit le motif de cette absence (congé maladie, congés annuels, congé RTT, congé-formation, …)

Les horaires de travail du salarié conditionnent-ils l’attribution de titres-restaurant ?

OUI - Si la durée du contrat dont est titulaire le salarié - CDI , CDD - n’affecte pas l’attribution éventuelle de titres-restaurant, celle-ci est, par contre, directement dépendante des horaires de travail du salarié : le salarié ne peut se voir attribuer un titre-restaurant que pour les jours où il est effectivement présent à son poste de travail. La journée de travail du salarié, quelle que soit son amplitude, doit être entrecoupée d’une pause consacrée à son repas.

Les horaires de travail de l’agent conditionnent-ils l’attribution de titres-restaurant ?

OUI - Si la durée du contrat dont est titulaire l’agent - CDI , CDD - n’affecte pas l’attribution éventuelle de titres-restaurant, celle-ci est, par contre, directement dépendante des horaires de travail de l’agent : l’agent ne peut se voir attribuer un titre-restaurant que pour les jours où il est effectivement présent à son poste de travail. La journée de travail de l’agent, quelle que soit son amplitude, doit être entrecoupée d’une pause consacrée à son repas.

Qu'est-ce qu'un CESU préfinancé ?

Le CESU préfinancé est un Chèque Emploi-Service Universel. C'est un titre spécial de paiement émis par des organismes habilités par l'Agence Nationale des Services à la Personne. Ce titre de paiement est préfinancé de 0% à 100% par l'organisme financeur (entreprises, Comité d'Entreprise / Comité des Œuvres Sociales, collectivités…). Le CESU préfinancé sert à payer des services à la personne, prestations rendues soit par un salarié employé directement par un particulier ou par les entreprises et associations agréées.

Quelle est la différence entre un CESU préfinancé et un CESU bancaire ?

Le chèque emploi service existe sous 2 formes :

  • Le CESU préfinancé, Titre CESU ou Titre CESU préfinancé. Il est émis par des organismes habilités par l'Agence Nationale des Services à la Personne. Ce titre de paiement dont la valeur est prédéfinie est cofinancé en tout ou partie par une entreprise, un Comité d'Entreprise, une collectivité, une mutuelle… Il sert à rémunérer un salarié à domicile employé directement par un particulier ou à payer les services à la personne fournis par un prestataire, entreprise ou une association agréés. C’est l’organisme cofinanceur qui délivre directement au bénéficiaire les Titres CESU préfinancés.
  • Le CESU bancaire C’est un CESU mis à la disposition du grand public par les agences bancaires et postales. Il se présente sous la forme d’un chéquier dont la valeur est à remplir par l’utilisateur tel un chéquier de banque. Chaque particulier peut en faire la demande gratuitement au guichet de son agence.
Qui peut financer les CESU Domalin ?

Tous les employeurs (publics ou privés) peuvent financer le CESU Domalin pour leurs salariés ou leurs agents dans le cadre de leur politique de ressources humaines :

  • Les entreprises privées et les Comités d'Entreprises,
  • Les collectivités,
  • Les professions libérales,
  • Les travailleurs indépendants
Qui peut bénéficier du CESU Domalin ?
  • Tous les collaborateurs, qu'ils fassent partie d'une entreprise de droit public, de droit privé ou d'une administration.
  • Le chef d'entreprise ou, si l'entreprise est une personne morale, ses dirigeants(1), dès lors que l'ensemble des salariés de cette entreprise peut également en bénéficier.
  • L'entreprise ou l'administration peuvent choisir de limiter CESU Domalin à une catégorie de personnes en fonction de critères objectifs comme : - le revenu - le nombre d'enfants à charge
  • Les collaborateurs sont libres de ne pas adhérer au CESU Domalin.

(1) Son président, son directeur général, son ou ses directeurs généraux délégués, ses gérants ou les membres de son directoire. Art L129-13 de Code du Travail.

Quels sont les différents types d’intervenants ?

Vous pouvez rémunérer en CESU Domalin:

  • les salariés employés intervenant au domicile des particuliers (salarié en emploi direct) ;
  • la garde d’enfants hors domicile par une assistante maternelle agréée ;
  • les structures spécialisées dans la garde d’enfant hors domicile : crèche, halte-garderie, jardin d’enfant, garderie périscolaire ;
  • les organismes agréés (entreprises et associations) prestataires de services à la personne ;
  • les structures mandataires agréés, qui effectuent pour le compte du particulier employeur l’ensemble des formalités administratives (établissement du contrat de travail et des bulletins de paie ; calcul et déclaration des cotisations sociales).
Quelle est la différence entre prestataire, mandataire et emploi direct ?
  • Le prestataire est une personne morale (entreprises, associations) agréée. C’est lui qui est l’employeur des intervenants qu’il met à votre disposition. Lui seul peut s’affilier au CR-CESU, vous le payez en titres CESU Domalin et si nécessaire complétez avec un autre moyen de paiement et vous n’avez aucune autre démarche à effectuer.
  • Le mandataire est une personne morale (entreprise ou association) agréée. Son rôle est de mettre à votre disposition des intervenants travaillant dans le domaine des services à la personne et de prendre en charge les formalités administratives. Cependant, à la différence du prestataire de services, c’est vous qui êtes l’employeur de votre intervenant.
  • Le salarié en emploi direct est une personne physique, vous êtes son employeur et vous l’affiliez au CR-CESU afin qu’il puisse se faire rembourser des CESU Domalin qu’il a reçus en paiement. Le remboursement de ses CESU Domalin se fait soit par envoi des CESU Domalin au CR-CESU accompagnés d’un bordereau de remise de titres, soit par le déclenchement du paiement en ligne que vous effectuez via votre accès Internet sur le site : www.paiementcesu.intertitres.natixis.com.
 
Haut de page
 
Actualité
Lancement de l’application mobile Apetiz

Il y a an, Natixis Intertitres lançait son offre de titre-restaurant dématérialisé Apetiz, dont la première déclinaison est une carte, en complément de son titre-restaurant « papier » Chèque de Table®.

Toutes les actualités



BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPéCIALISÉS